Contexte

Génèse du projet

Le transport est une fonction prépondérante dans les réseaux logistiques. Véritable maillon de la chaine d’approvisionnement, le transporteur est devenu un acteur incontournable de la logistique dont la performance impacte fortement celles des chargeurs et clients. La maîtrise des activités en transport routier est une préoccupation très actuelle, dans un contexte où le développement durable devient un enjeu économique majeur, s’agissant de sensibiliser l’ensemble des acteurs économiques et politiques aux problèmes de maîtrise de l’énergie, de respect de l’environnement sans pour autant renoncer à l’optimisation des profits. Ainsi, de nouvelles initiatives se développent dans le domaine, autour de l’utilisation des NTIC (Nouvelles Technologies de l’information et la Communication) afin notamment de favoriser la traçabilité des produits et d’optimiser l’usage d’une flotte de transport. L’utilisation de la technologie RFID (Radio Frequency Identification) permet particulièrement de faciliter l’accès à l’information, et de renforcer l’interopérabilité (aptitude de deux partenaires à interagir efficacement et sans effort, que ce soit au plan organisationnel ou technique) au sein de la chaîne d’approvisionnement. Cette propriété, à l’ère où le transport multi modal peut devenir une stratégie gagnante dans la recherche de maîtrise des coûts, tend à favoriser un échange aisé d’information, pouvant être exploitée à des fins de transfert de responsabilités (lors de ruptures de charges entre deux prestataires transport), une facturation à l’acte, ou encore le calcul de la trace carbone associée à l’acheminement du produit.

Le projet PRODIGE, financé par l'Agence Nationale de la Recherche, se pose alors, dans ce contexte, la question de l’usage des NTIC en transport routier de marchandises, et de la valeur d’une telle technologie à des fins d’optimisation de l’activité.

Traçabilité et transport

La traçabilité caractérise dans sa définition la plus générique la mise en œuvre d’une chaîne d’information donnant la faculté d’une organisation à retrouver l’historique, l’utilisation ou la localisation d’une entité au moyen d’identifications enregistrées (Norme NF EN ISO 8402). La norme réfère entre autre à la caractérisation de l’origine de matières participant à la fabrication de produits plus complexes, à la connaissance des processus appliqués au produit, à la distribution et l’emplacement du produit après livraison. Les nouvelles organisations émergentes, telles que les chaînes d’approvisionnement et réseaux logistiques, tendent à ce que la maîtrise de la conception et fabrication d’un produit ne s’inscrit plus au sein d’une seule et même entreprise mais fasse appel à un réseau de partenaires. La traçabilité devient ainsi un outil incontournable dans la gestion de crise, où la situation la plus fréquemment rencontrée consiste à remonter la chaîne d’information caractérisant l’historique des transformations suite à la détection de défauts graves sur un produit, et ceci afin de rappeler tous ceux issus d’un même lot de fabrication. La dimension liée à la localisation des produits est par contre mal considérée et souvent sous exploitée. Une connaissance plus ou moins précise de la localisation du produit tout au long de son cycle de vie, tout au moins jusqu’à sa distribution au consommateur (utilisateur du produit), représente pourtant aujourd’hui une source de gains appréciable dans la possibilité qu’elle offre de mieux coordonner les actions distribuées tout au long d’un réseau logistique de plus en plus collaboratif. L’activité pouvant le plus tirer profit d’une traçabilité intégrant tout particulièrement la localisation des produits est sans aucun doute le transport de marchandises. Si la chaîne d’information assurant l’historique des transformations existe dans le domaine, il n’en demeure pas moins qu’elle reste perfectible dans le domaine du captage de données en rapport avec le respect de l’intégrité des produits (chocs) ou de ses contraintes de conditionnement (chaîne de froid). La localisation du produit n’est quant à elle disponible la plupart du temps qu’en cas de rupture de charge, c'est-à-dire lorsqu’un produit est transféré en terme de responsabilité d’un partenaire logistique à un autre, ou lorsqu’il subit une activité de fractionnement / regroupement avec d’autres en rapport avec son acheminement.

Fort de ce constat, le projet PRODIGE tente de poser les fondements de nouveaux usages dans le domaine du transport, associés à la mise en œuvre renforcée d’une traçabilité intégrant la connaissance quasi temps réel de la position de l’ensemble des produits en transport.

Extraits de l'article : Malhéné N. , Deschamps J.-C. , De la traçabilité au routage des produits en transport routier, 8èmes Rencontres Internationales de Recherche en Logistique, RIRL'10, Bordeaux (France), 29, 30 septembre et 1er octobre 2010.